EUROSATORY 2014 : UN COMMERCE INACCEPTABLE


Le Salon International de l’Armement « Eurosatory » a eu lieu, comme tous les deux ans, au Parc des Expositions de Villepinte du 16 au 20 juin 2014 . Cette année, douze associations formaient le Collectif Non Eurosatory et la pétition qui a circulé sur Internet a recueilli plus de 2000 signatures contre 70 il y a deux ans. Comme l’a dit Alexandre : « nous avons inversé la courbe ».


L’action de ce collectif s’est déroulée en trois temps importants : -Remise de la pétition à l‘Elysée le jeudi 12 Juin 2014 / Manifestation devant le Salon à Villepinte principalement le Lundi 16 juin 2014 à partir de 7h30 / Manifestation à l’occasion de la « soîrée de gala » le mardi 17 juin 2014 aux Invalides à 18h.


1/ REMISE DE LA PETITION A L’ELYSEE
Arrivant très en avance, je ne vois personne à part les forces policières déjà en place. Puis, petit à petit, quelques personnes arrivent, y compris des journalistes de LaTelelibre.fr qui couvriront les trois phases de notre action. Notons la présence de Monseigneur Gaillot, Maurice et Josette (responsables de deux associations du Collectif) qui seuls seront autorisés, sous très bonne escorte policière, à se rendre à l’Elysée, où ils déposeront la pétition.
Après l’arrivée d’Alexandre, nous déployons notre banderole sur la toute petite place Chassaigne-Goyon qui nous a été octroyée comme terrain de contestation et nous y resterons pendant tout le temps de la remise de la pétition. Quelques passants poseront des questions pour connaître la raison de notre présence, et nous aurons la visite de deux représentantes des RG. Nous nous rendrons ensuite au 32 rue Boissonnade pour faire le point sur ce qui reste à faire.


2/ MANIFESTATION DEVANT EUROSATORY
A 7h30, quelques personnes (de l’Eglise de Lamorlaye et du Canva notamment) sont déjà présentes. Nous nous dirigeons vers l’entrée du Salon et deux d’entre nous arrivent à y pénétrer, lorsqu’en un instant nous voyons surgir des policiers de toutes parts et au « grand galop » ; ils nous entourent et nous bloquent « jusqu’à l’arrivée du responsable et des autorisations » ;
Les membres de toutes les associations arrivent petit à petit, la grève SNCF ne facilitant pas les choses pour arriver jusqu’à Villepinte. Puis nous pouvons nous déployer sur le terrain qui nous a été octroyé, à quelques mètres de l’entrée du Salon ; nous sommes bien mieux placés qu’il y a deux ans, où nous avions été autorisés seulement à la sortie du RER. Toutes les banderoles sont mises en place, et les tracts sont distribués. Chacun aborde à sa manière les visiteurs et nombreux sont ceux qui acceptent les tracts.
Nous rencontrons un jeune journaliste japonais, qui a entendu parler du Salon et qui, étant tout à fait contre ce genre de pratique, est venu se rendre compte sur place. Je le retrouverai d’ailleurs le lendemain aux Invalides.
Pour ma part je n’ai pas subi de réflexions désagréables ni de réactions violentes, surtout de l’indifférence. Malheureusement, la pensée générale semble se résumer à : « Si tu veux la paix prépare la guerre », « C’est seulement avec des armes qu’on peut obtenir la paix », « La seule protection possible, ce sont les armes ». C’est triste et inquiétant.
Lorsqu’un visiteur me lance : « vous n’allez pas sauver le monde à vous toute seule ! », je lui réponds (mais a-t-il entendu, il était si pressé) : « toute seule non, mais avec l’aide de Notre Seigneur ….. »
Etant obligée de partir vers 11 heures, le récit du reste de la journée ne m’appartient donc pas.


3/ MANIFESTATION AUX INVALIDES
Les différentes associations du Collectif Non Eurosatory semblent représentées, en plus ou moins grand nombre ; je me trouve être la seule représentante des Mennonites, oups ! je ne dois donc pas faillir !
Les policiers et CRS sont présents en nombre mais se contentent de nous regarder de loin nous déployer sur la pelouse de l’Esplanade des Invalides. Les banderoles sont mises en place et les tracts distribués. Pas mal de gens demandent des explications sur notre présence et notre action ; et là, force est de se rendre compte que pratiquement personne ne connaît l’existence d’Eurosatory, qui n’est absolument pas médiatisé.
Je retrouve le jeune journaliste japonais rencontré la veille à Villepinte, il y a toujours LaTelelibre.fr et également un journaliste stagiaire rattaché à une des associations présentes. Plus tard, une grosse partie des manifestants décide de se rapprocher de l’Hôtel des Invalides où a lieu la soîrée de gala. Ils se trouvent très rapidement entourés par les policiers qui arrivent de partout, mais leurs banderoles restent déployées ; au bout d’un moment, avec deux autres personnes, nous décidons d’aller voir ce qui se passe car il est difficile de loin de s’en rendre compte ; arrivés sur la place, nous sommes abordés par un CRS qui nous demande qui nous sommes ; nous nous renseignons sur ce qui va advenir de nos amis manifestants ; il nous dit qu’ils vont rester bloqués là pendant un temps indéterminé mais qui risque d’être très long (ils attendent les ordres) et il nous invite soit à les rejoindre, soit à quitter la place, ce que je fais, n’étant plus aussi aventureuse que dans mes jeunes années. Là non plus, la suite du récit ne m’appartient plus.

MA CONCLUSION : Les chefs des gouvernements impliqués semblent vraiment ne pas vouloir que le grand public connaisse l’existence d’Eurosatory parce que, quand même, deux manifestations, le jeudi 12 juin et le mardi 17 juin, en plein Paris, occasionnent l’intervention de nombreuses forces de l’ordre, et pas un mot, pas une ligne dans les médias, étonnant, non ?
Anne-Marie

Plus dans cette catégorie : « Dégage-toi Ane ou cheval ? »

Derniers articles

Nos coordonnées

Eglise Mennonite Protestante
Evangélique Châtenay-Malabry
247-249 Av. Division Leclerc
92290 CHATENAY-MALABRY

Pasteur : 06 09 38 37 82 ou

contact@mennonite-chatenay.org

Informations Utiles

 

Pour nous contacter, merci de remplir notre  formulaire de contact

Inscription Newsletter

Afin de recevoir les dernières informations concernant notre église et être ainsi toujours au courant, inscrivez vous en suivant ce lien à notre mailing list